Résumez le texte suivant en 100 mots (plus ou moins 10%). Il s’agit tout d’abord de la loi d’orientation sur la ville (lov) de juillet 1991 qui reconnaît le principe d’une concertation préalable pour toute opération de politique de la ville transformant substantiellement les conditions de vie des habitants des quartiers concernés ; puis de la loi sur l’administration territoriale de février 1992 posant, elle aussi, le droit à ce que les habitants de la commune soient informés et consultés ; et, enfin, de la loi « Barnier » de février 1995 qui introduit le « débat public » et impose la concertation pour tous les grands projets comportant des incidences sur l’environnement. Le sujet 3 est entièrement corrigé. ***. Et là tu peux remarquer que ce terme a plusieurs sens. Vous vous rendrez compte que pour performer en dissertation il. Pour respecter la remarque que beaucoup de rapports de juty soulèvent à propos des ouvertures de conclusion (à savoir qu’une “trop bonne” ouverture devrait alerter le candidat qui aurait peut-être dû songer à en user plutôt en III), je me borne ici à élargir le propos de Derrida et donc de cette dissertation sans aller chercher un aspect trop novateur qui aurait mérité d’être utilisé comme partie finale. Les démarches participatives qui s’articulent autour de ce premier objectif reposent sur deux idées majeures : d’une part, que la participation permet une transformation et une modernisation de l’action publique et améliore l’accountability ; d’autre part, que les habitants ou les usagers possèdent des compétences d’usage. » Ainsi, comme le rappelle Oblet, lorsque les habitants sont invités à donner leur point de vue très en amont d’un projet, ils s’irritent souvent du caractère abscons des débats et de la période trop longue entre le moment de la consultation et celui de l’action. Si vous vous présentez à un concours de la fonction publique, vous ne devez pas vous laissez entrainer dans une confusion entre ces deux notions tant la différence est importante. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Par leur vote, les citoyens américains ont exprimé le choix d’un nouveau venu en politique, bien plus jeune que le plus âgé et plus expérimenté président en place. Tout d’abord, la grande majorité des dispositifs participatifs ont pour dessein d’améliorer une gestion urbaine considérée comme inadéquate ou défectueuse. Enfin, les dispositifs participatifs visent à transformer la culture civique des citoyens et à ce que ces derniers s’organisent et prennent en charge la vie collective. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres » et que « ce n’est donc jamais qu’avec effort que ces hommes s’arrachent à leurs affaires particulières pour s’occuper des affaires communes » : il est plus confortable de préférer le bien au mieux. : avec Lindbergh, elle est “partiellement et partialement” imparfaite ; les juifs y sont lésés mais la majorité des citoyens voient ce régime comme une D. Roth est contre le système de politique intégrative mais, dans l’économie de ce roman et selon le point de vue de la majorité des Américains, c’est la famille Roth qui est anti-démocratique. (Quels éléments font que le peuple en démocratie peut tendre vers le despotisme? Vous analyserez et commenterez cet avis en raisonnant à partir de votre lecture des œuvres au programme. Mais on peut légitimement inverser la proposition en repartant de l’idée de Derrida : si la démocratie est perfectible, c’est qu’elle n’, pas encore, du moins pas tout à fait. Comment ces deux concepts se sont-ils rencontrés d’un point de vue historique? L’imaginaire des origines, le souvenir de cette origine mythologique peuvent donc bloquer la marche en avant de la démocratie, en s’imposant contre l’idéal promis ou plutôt l’imaginaire dudit idéal promis vers lequel il faut tendre. Et, comme il y a, dans un individu sain, nutrition, élimination, reproduction, dans un juste équilibre, ainsi il y aurait dans une société saine : Monarchie, Oligarchie, Démocratie dans un juste équilibre. Histoire, cadre légal et connaissances générales...ne vous laissez pas surprendre ! Le démagogue lui, par la flatterie ou la rhétorique, va insuffler son opinion personnelle pour son propre profit. Le grand avantage des représentants, c’est qu’ils sont capables de discuter les affaires. ... Au concours commun, la structure de la dissertation est un plan … La démocratie représentative, appelée aussi démocratie délégative, est l’une des formes de démocratie dans laquelle les citoyens expriment leur volonté par l’intermédiaire de représentants élus à qui ils délèguent leurs pouvoirs. Ces relations sont encore plus importantes en raison de la crise économique, sociale et sanitaires que nous constatons depuis des mois. Il revient bien aux citoyens de garder le cap, pour garder la démocratie dans cette dynamique de perfectibilité. Démos, dans Les Cavaliers, caricature le peuple qui serait incapable de se caricaturer lui-même, à l’inverse de Tocqueville qui cherche à la fin de son essai à « embrasser d’un dernier regard tous les traits divers qui marquent la face du monde nouveau ». Démocratie et etat de droit dissertation. La Démocratie serait, à ce compte, un effort perpétuel des gouvernés contre les abus du pouvoir. Il faut être visionnaire, comme veut l’être Tocqueville qui affirme tout le long de, vouloir réussir à théoriser ce qui n’est encore qu’embryonnaire, innommé. Je connais un certain nombre de bons esprits qui essaient de définir la Démocratie. ***, La démocratie « à venir » est perfectible et c’est la notion même de perfectibilité qui l’inscrit dans une dynamique et dans l’Histoire. En effet, dans. La fantaisie de, font l’expérience d’un État nouveau. De fait, la plupart des dispositifs de démocratie participative déployés aujourd’hui en France placent les habitants auxquels ils s’adressent dans une position intenable, de type double bind ou « double contrainte », qui, in fine, justifie leur déconvenue et leur amertume, et alimente leurs suspicions envers ce type de dispositifs. Aujourd’hui, c’est par l’interpellation qu’il s’exerce. Et cette destinée est plurielle tout en étant plus ou moins inféconde : Seldon sauve Philip alors que le protagoniste l’abhorre ; Earl doit déménager pour rejoindre son père alors qu’il éveillait Philip à des horizons nouveaux. Ainsi, expliquer comment s’est fondée la démocratie permet d’expliquer son évolution. On les invite aussi à s’investir pour leur quartier, mais, dès qu’ils le font, ils se voient reprocher d’aborder des problèmes privés, et non des problèmes d’intérêt général. Puis la participation a également pour objectif de remobiliser les habitants, de recréer du lien, d’ouvrir des espaces de rencontre et d’échange, de former de nouveaux interlocuteurs ou leaders aptes à organiser leur collectivité et à dépasser certains conflits. Il revient bien aux citoyens de garder le cap, pour garder la démocratie dans cette dynamique de perfectibilité. “Lien” peut être pris en bonne comme en mauvaise part : attachement ou emprisonnement. Discutez le propos de ce philosophe à la lumière de votre lecture des œuvres au programme du thème 2020 sur la démocratie. A) - … Il y donc une notion de danger ici. Ici, expliquer la colère et la spontanéité : oui ; dire que le propos est peu profond : non. La première renferme trois textes qui se cantonnent au niveau des grands principes participatifs. Dans les deux cas, on voit que la démocratie sait s’interroger, qu’elle mue selon les choix que les votes expriment et que ces changements peuvent être abrogés s’ils sont jugés néfastes. La professionnalisation politique est de plus en plus critiquée du fait de ses … Piste -> la démocratie est aux mains de tout le monde. Cependant, même si la démocratie participative fait l’objet d’un certain consensus auprès des décideurs politiques – elle est devenue au cours de ces quinze dernières années la pierre angulaire des politiques de la ville en France –, il reste que son observation laisse entrevoir qu’il s’agit, dans bien des cas, d’un consensus de façade derrière lequel les ambiguïtés demeurent nombreuses. Vous êtes nombreux à ne pas comprendre ces relations. Tous les éléments de définition sont identiques sauf ceux énoncés dans la proposition relative introduite par “où” (pronom relatif qui reprend “autre espèce de démocratie”). En quoi l’Histoire et la condition (même) selon Derrida de la démocratie font indéfiniment tendre l’Homme vers un idéal de démocratie ? Bien que la démocratie soit sempiternellement imparfaite à l’instant présent, la promesse qui la fonde justifie-t-elle qu’on continue de tenter de la mener à son aboutissement ? J’ai mis les grands titres qui évidemment ne figureraient pas plus que lesdites remarques dans une copie. PHRASE 2 -> “décrets” désigne une décision arbitraire sans le consensus du vote que nécessite une “loi”. Quelle est l’importance des lois en démocratie ? » Votre lecture des œuvres au programme vous permet-elle d’adhérer à ce jugement que reprendront à l’identique Coluche ou Woody Allen par exemple ? La différence de cette “autre espèce” consiste en ce que le pouvoir soit aux mains de la “masse” et non de la “loi”. Démocratie et représentation plan détaillé. Et quand le concept d… , Montesquieu écrit que « Une autre espèce de démocratie, c’est celle où toutes les autres caractéristiques sont les mêmes, mais où c’est la masse qui est souveraine et non la loi. La seconde vague regroupe trois textes introduisant, cette fois, des mesures plus contraignantes pour les décideurs politiques. le sujet est : démocratie et état de droit.Pour moi les deux grandes parties seraient donc 1 la démocratie et 2 l'état de droit avec une présentation et les règles qui s'y appliquent, suis-je sur la bonne voie ? La jeunesse est en effet le moment charnière, où se forgent les consciences, à la fois par le milieu et par les discours qui nous entourent. caricature le peuple qui serait incapable de se caricaturer lui-même, à l’inverse de Tocqueville qui cherche à la fin de son essai à « embrasser d’un dernier regard tous les traits divers qui marquent la face du monde nouveau ». Activité 4 : La démocratie suisse. » Mais comment tendre vers quelque chose que l’on ne peut pas encore voir ? La démocratie semi-représentative repose sur la limitation naturelle du pouvoir des mandataires que constitue la politique et l'envie du représentant d'être réélu. Les dispositifs de participation, qui sont destinés aux résidents, excluent de fait le plus souvent les populations travaillant dans le quartier. En partageant le lit voisin à celui de Philip, Sandy, Alvin puis Seldon forgent son caractère, l’inspirent, le font réfléchir et lui permettent de devenir quelqu’un sur qui on peut compter . […] Donc un tel peuple, comme il est monarque, cherche à exercer un pouvoir monarchique, parce qu’il n’est pas gouverné par une loi, et il devient despotique, de sorte que les flatteurs sont à l’honneur, et un régime populaire de ce genre est l’analogue de la tyrannie parmi les monarchies. I] Ce n’est pas parce qu’une démocratie tend vers sa perfection qu’elle n’est pas une démocratie à l’instant T, II] Mener la démocratie à son terme, c’est répondre à la promesse de son origine, III] La démocratie est une dynamique qui l’inscrit dans l’Histoire (cf. Ces régimes ont été établis pour répondre à la promesse d’instaurer l’égalité entre les hommes. La démocratie dans son intemporalité est-elle à l’abri d’un despotisme ? Prenez dans cet article vos repères afin de ne plus jamais faire l'amalgame de ces expressions... Les enjeux de l'économie circulaire pour les collectivités Il ne faut pas pour autant abandonner l’idéal démocratique. On peut le deviner par la « Note au lecteur » du, , qui rappelle d’emblée que le roman « est une œuvre de fiction ». Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Cette dissertation est corrigée dans autre article du blog. Dans cet esprit, l’accent est mis sur les dynamiques de mobilisation individuelles et collectives, dynamiques que les dispositifs institutionnalisés de participation pourraient aider. Ce qui importe, ce n’est pas l’origine des pouvoirs, c’est le contrôle continu et efficace que les gouvernés exercent sur les gouvernants. La démocratie évoque donc un système de gouvernance aux modalités différentes (démocratie directe, démocratie représentative, démocratie participative…). Dans L’Assemblée des femmes, la prise de pouvoir par les femmes montre une évolution comique et fantasmée de la société et non une véritable révolution qui mettrait fin au régime. La démocratie n’est donc pas un état de fait mais une dynamique en mouvement : l’idée même de sa perfectibilité l’inscrit dans l’Histoire.Â, Nous ne pouvons pas nier que nous vivons dans des régimes que l’on appelle « démocratie ». ***, On considère alors inutile d’aller mieux, de peur justement d’empirer les choses. T. Oblet note par exemple que la décentralisation – mise en place à partir de 1981 –, qui devait stimuler l’implication des citoyens dans les affaires publiques en rendant plus aisée l’identification des responsables, n’a pas permis le développement de la démocratie locale : les élus, les spécialistes municipaux de l’urbain se sont plus préoccupés de vendre l’image de la ville et de valoriser la politique municipale que d’intégrer les opinions des habitants dans l’élaboration de l’action publique. Cette expérience qui s’avère funeste est vite abandonnée. Ces régimes ont été établis pour répondre à la promesse d’instaurer l’égalité entre les hommes. La Révolution française de 1789 a, dès ses origines, montré l’affrontement entre les tenants de la démocratie directe (expression de la volonté, souveraineté du peuple) et ceux de la démocratie représentative (la bourgeoisie, les possédants). Le second est plus négatif, car au nom d’une promesse initiale, il peut y avoir la volonté réactionnaire d’un retour aux origines. Il est donc facilement compréhensible de voir que les différents dispositifs de démocratie participative ne parviennent pas à institutionnaliser durablement la participation des citoyens ordinaires. Par exemple, pour contrôler les assurances et les mutualités, il faut savoir ; pour établir des impôts équitables, il faut savoir ; pour légiférer sur les contagions, il faut savoir. En Effet, eux “sont capables de discuter les affaires”. C’est le cas quand ce sont les décrets qui sont souverains et non la loi. Il veut simplement ce qu’il y a de mieux pour lui, et s’accommode très bien d’un autre démagogue, quitte, peut-être, à recommencer son manège. Ainsi, par la notion même de perfectibilité et par sa mise en scène, on peut espérer aller de l’avant. C’est cette notion même qu’il explique lorsqu’il imagine le despotisme d’un nouveau genre hérité de l’égalitarisme excessif : « La chose est nouvelle, il faut donc tâcher de la définir, puisque je ne peux la nommer. Chez Roth, le retour à la démocratie n’est pas non plus l’avènement d’une meilleure démocratie. En effet, dans Le Complot contre l’Amérique, le lecteur découvre à la fin ce qu’il connaît déjà pourtant bien : en sortant de la temporalité uchronique, il est soulagé de revenir à ce régime qu’il avait perdu le temps du roman. Nous disions plus haut vivre en démocratie, une démocratie qui est donc. Mais la démocratie en règle générale est le régime politique où le pouvoir est exercé par le peuple lui-même. Et cette destinée est plurielle tout en étant plus ou moins inféconde : Seldon sauve Philip alors que le protagoniste l’abhorre ; Earl doit déménager pour rejoindre son père alors qu’il éveillait Philip à des horizons nouveaux. Cependant, nous pouvons dire que ce système comporte quelques risques, car le pouvoir n'est remis qu'à une partie du peuple, ce que nous pouvons comparer à l'oligarchie, ou l'aristocratie, dont parlait Aristote. Si la liberté de penser, par exemple, n’existait pour personne, ce serait encore une espèce d’égalité. La crieuse publique, – ici non plus je ne suis pas sûr du nom du personnage selon la traduction de votre édition –, qu’engage Praxagora ne termine-t-elle pas son discours par des propos encourageants : « avancez donc » et « allons » ? Il revient bien aux citoyens de garder le cap, pour garder la démocratie dans cette dynamique de perfectibilité. PHRASES 7 et 8 -> Dans la démocratie qui n’est pas cette “autre espèce de D”, le peuple a élu des représentants. Le Premier esclave – il me semble que dans votre éditions de référence, les traducteurs ont pudiquement nommé « serviteurs » les deux esclaves de Démos mais je garde ici le sens grec originel de δούλος [doulos] « esclave » – des Cavaliers n’est pas très attaché à chercher le meilleur intendant possible pour Démos, il en veut simplement un qui pourra le débarrasser du fourbe et calomniateur Paphlagonien. Une transition DOIT être ménagée entre chaque grande partie. […] Là où les lois ne dominent pas, alors apparaissent les démagogues ; le peuple, en effet, devient monarque, unité composée d’une multitude, car ce sont les gens de la multitude qui sont souverains, non pas chacun en particulier mais tous ensemble. Difficile de répondre à cette interrogation courante, car il n’existe pas une grève qui ressemble à une autre. Au cours de la décennie 1980, cette thématique de « crise » disparaît un temps de l’agenda, mais vers le milieu des années 1990, dans un nouveau contexte de globalisation de l’économie, de recomposition des États et de métropolisation, elle refait surface, consistant cette fois en une critique des formes de gouvernabilité. Ainsi, chez Aristophane comme chez Roth, les œuvres se terminent sur une image, certes nouvelle, de la démocratie. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France connaît des transformations économiques profondes qui entraînent des mutations [...], Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre), Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre), Erreurs fréquentes en Question Contemporaine… →. Je vous propose ci-après une correction de la dissertation portant sur le sujet de Derrida dans. Henri POULAIN, Julien GOETZ, Démocratie(s) (2018) : documentaire. Il revient bien aux citoyens de garder le cap, pour garder la démocratie dans cette dynamique de perfectibilité. La démocratie représentative est la forme la plus répandue de démocratie. Roth peint par le biais de la fiction une limite de la démocratie, qui laisse entrevoir le risque de son échec et nous pousse à la défendre. Démocratie et représentationest centré sur la contradiction entre élitisme et participation telle qu'elle apparaît dans toute forme de démocratie représentative. De même, les exagérations proposées par les comédies d’Aristophane visent à provoquer un sursaut démocratique chez les citoyens athéniens pour qu’enfin cessent la montée des démagogues et la guerre du Péloponnèse. + 2 Un peuple, lorsqu’il n’est pas gouverné par une loi, devient despotique ; ce dernier terme s’oppose à “monarque” en ce qu’un despote a une volonté d’assujettissement de ceux qu’il gouverne. La démocratie - corrigé d'une dissertation : citation de Taguieff sur une perversion possible de la démocratie Sujet . Le dernier chapitre s’appelle « La peur perpétuelle » et montre la violence qui perdure au-delà du retour à l’ordre que laissait supposer la fin de l’uchronie romanesque avec le retour de Roosevelt. Nous rappellerons d’abord que la démocratie existe, même imparfaitement, et que son existence est le témoignage d’une promesse qu’elle cherche à tenir. Idée 4 : Aujourd’hui, ce lien entre peuple et représentation élective est de plus en plus distendu. 1/ intègrent une culture de propositions au lieu de se cantonner dans des rôles seulement revendicatifs ; 2/ se débarrassent des comportements de type nimby. Le peuple n’y est point du tout propre ; ce qui forme un des grands inconvénients de la démocratie. L’exécutif est monarchique nécessairement. ». Dans Le Monde de l’éducation, Jacques Derrida écrit en 2000 que « L’historicité, la perfectibilité infinie, le lien originaire à une promesse font de toute démocratie une chose à venir. Illustrer les périls qui guettent la démocratie, c’est déjà se rassurer : cela n’est pas arrivé et cela n’arrivera pas. On obtient ainsi le peuple monarque dont Montesquieu parle ici. La démocratie est donc toujours encore à venir. Dans ce sens, de nombreux dispositifs de démocratie participative se sont diffusés au cours des quinze dernières années, comme les conseils municipaux d’enfants ou de jeunes, les conseils de sages, les conseils de résidents étrangers, les commissions extramunicipales, ou encore les forums de discussions internet. En espérant que cela vous sera utile dans vos révisions pour, éviter des erreurs en français aux concours, . Mais la représentation n’est pas forcément démocratique et la démocratie n’est pas forcément représentative. On sent le désaveu de Montesquieu. Ces dispositifs relèvent d’une démarche commune et émanent d’une même intention : « Associer le temps d’une consultation se déroulant sur quelques jours un groupe de citoyens ordinaires tirés au sort et/ou volontaires à l’élaboration d’un choix collectif portant sur un projet précis (jurys de citoyens), d’ampleur locale ou nationale (jurys de citoyens, conférences de consensus) ou une question largement débattue [sur le] plan national (conférences de consensus, sondages délibératifs). Hélène Landemore : Bernard Manin et Nadia Urbinati, vous avez tous deux écrit des livres aux titres proches, respectivement Les principes du gouvernement représentatif (Calmann-Lévy, 1995) et Representative Democracy : Principles And Genealogy (University of Chicago Press, 2006). Un régime, POUR (idée de la flatterie qui infléchit ledit peuple pour le profit du flatteur). Cette expérience qui s’avère funeste est vite abandonnée. La démocratie est-elle condamnée à une éternelle insatisfaction ? Ceux-ci permettent d’éviter le travers des décrts dénoncés par Montesquieu. Démos, dans Les Cavaliers, caricature le peuple qui serait incapable de se caricaturer lui-même, à l’inverse de Tocqueville qui cherche à la fin de son essai à « embrasser d’un dernier regard tous les traits divers qui marquent la face du monde nouveau ». La démocratie repère directe dans laquelle peu, . Matière. B) Démocratie représentative Mais j'ai peur que ce plan soit trop descripitif Sinon j'ai pensé à : I/ La démocratie directe et la démocratie représentative A) La démocratie directe : une application non gérable B) La démocratie représentative : une solution II/ La démocratie semi-directe ou semi-représentative Il ne vise donc pas ce qu’il y a de mieux pour son maître – et donc pour le peuple qu’il symbolise par allégorie. Cependant, l’avenir a aussi un lourd poids et l’idéal dont nous parlions peut devenir un fardeau quand on désespère de pouvoir l’atteindre. Une démocratie doit-elle être directe ou représentative ? Ces remarques m’ont conduit à penser que la Démocratie n’existe point par elle-même. Ci-dessous un exemple d'introduction et le plan d'une dissertation droit constitutionnel dont le sujet est « Le peuple et l'élection présidentielle sous la Effectivement, la participation directe du peuple à l'élection présidentielle est le symbole de la démocratie représentative (I). Le premier problème relève encore de l’imaginaire. Comment se passe concrètement, une grève aujourd’hui en France ? Le local, compris dans sa double dimension d’espace physique et politique, deviendrait le nouveau territoire référentiel du politique à partir duquel il serait désormais possible d’agir sur la « crise de gouvernabilité » des sociétés contemporaines et de résoudre les problèmes d’intégration, de fragmentation sociale et de repli identitaire. Démocratie représentative Définition de la démocratie représentative La démocratie représentative, appelée aussi "démocratie délégative", est l'une des formes de la démocratie dans laquelle les citoyens expriment leur volonté par l'intermédiaire de représentants élus à qui ils délèguent leurs pouvoirs. Cette démocratie nouvelle, ou plutôt renouvelée, qui accouchera de ces sursauts et élans citoyens, , sera ainsi à nouveau perfectible, et ainsi de suite : c’est la perfectibilité infinie. Bonjour, je suis en première année de droit, j'aurais besoin d'un peu d'aide pour la construction d'un plan. Deux vagues législatives peuvent être distinguées. 2016/2017 Lisez ce Monde du Travail Documents Gratuits et plus de 31 000 autres dissertations et fiches de lecture. À son fondement, il y a une promesse qui lie entre eux les individus qui acceptent cette forme de gouvernement. Initié par Montesquieu dans son ouvrage L’Esprit des Lois (1748), repris par l’abbé Sieyès en 1789, ce système à été consacré pour la première fois en France dans la C° de 1791. ***. Dans De L’Esprit des lois, Montesquieu écrit que « Une autre espèce de démocratie, c’est celle où toutes les autres caractéristiques sont les mêmes, mais où c’est la masse qui est souveraine et non la loi. Il ne vise donc pas ce qu’il y a de mieux pour son maître – et donc pour le peuple qu’il symbolise par allégorie. Promesse tenue ? Cette idée est mise en scène par Aristophane dans, : c’est le bon sens féminin qui dicte les décisions de Praxagora et pourtant son idéal égalitariste semble bien illusoire quand on songe à la division que ses lois ont provoquée parmi les citoyens : Chrémès contre l’égoïsme de son voisin, les trois Vieilles contre le Jeune homme et sa compagne. Démos, dans. Comment nommer et concevoir cette « chose à venir » ? Même le suffrage universel ne définit point la Démocratie. Partant, il conviendra de se demander si bien que la démocratie soit sempiternellement imparfaite à l’instant présent, la promesse qui la fonde justifie qu’on continue de tenter de la mener à son aboutissement. III] La démocratie n’est donc pas un état de fait mais une dynamique en mouvement : l’idée même de sa perfectibilité l’inscrit dans l’Histoire. Chez Roth, le retour à la démocratie n’est pas non plus l’avènement d’une meilleure démocratie. À chaque étape du processus démocratique, un peu plus en tout cas : c’est ainsi que la démocratie, en visant son propre idéal, devient sa propre fin. En revanche, lorsqu’ils sont conviés en aval sur des points de détail d’un projet bouclé pour l’essentiel, les habitants s’estiment trompés et renvoyés au rang de simples cautions des décisions prises dans un autre cadre. C’est pourquoi le caractère de ces deux régimes, (Le premier est “l’autre espèce de D” soit la monarchie où le peuple est une “masse” et l’autre est la tyrannie), est le même, tous deux sont des despotes pour les meilleurs, les décrets de l’un sont comme les ordres de l’autre, et le démagogue et le courtisan sont analogues et identiques. Cela a deux effets : le premier, positif, permet de consolider la démocratie, solidement fondée par et dans cet imaginaire collectif. Au contraire, c’est en comprenant et en acceptant que la démocratie n’est pas un état de fait mais une dynamique qu’on comprend et accepte à quel point son imperfection est le moteur de son histoire et de l’Histoire elle-même.